"Qualité de vie et sens au Grand âge"

> Un projet pour préserver la vue, l’ouïe et le goût des personnes âgées en établissement

 

L’importance des sens… pourtant absents des politiques d’établissement

Quoi de plus important pour rester en santé que de bien voir, bien entendre, et continuer de savourer les aliments ? Malheureusement, l’entrée en établissement pour personnes âgées ne va pas toujours de pair avec un repérage des fragilités, ni avec un suivi systématique… ni avec un appareillage adapté.

Devant ce constat (vérifié par une enquête préliminaire menée auprès de sept ehpad), le Ccecqa a souhaité favoriser le dépistage, les soins et l’appareillage le cas échéant, des personnes âgées en établissement.

 

Un partenariat inédit pour un projet « duplicable »

Pour que ce projet, qui se veut opérationnel et tourné vers l’efficience, nous avons souhaité associer, dès la conception, le regard des résidents et de leur famille ; c’est pourquoi France Assos Santé a rejoint le comité de pilotage. Parallèlement, le Gérontopôle a accepté de rejoindre ce dernier, pour amener son expertise sur le secteur domiciliaire, mais aussi sa connaissance du réseau des professionnels et des acteurs innovants dans la sphère « silver éco ».

Grâce à un groupe de travail étoffé (une vingtaine d’acteurs étaient présents lors de la réunion de lancement), nous espérons développer un modèle organisationnel qui ne soit pas du « one shot » mais plutôt instaurer des pratiques sur le long terme dans une dizaine d’établissements de Nouvelle Aquitaine. Au vu des résultats de cette phase opérationnelle, nous espérons fournir un cadre à la fois éthique, réglementaire et organisationnel rassurant pour que d’autres établissements de la région puissent le déployer en interne.

 

Reste à charge zéro : une opportunité

La réforme « 100% santé » demande aux professionnels de santé de proposer des appareillages avec un « reste à charge zéro pour le patient » : que ce soit pour des lunettes, des prothèses auditives ou encore des prothèses dentaires, l’obstacle financier devrait être atténué.

Notre ambition est de combler l’écart entre les attentes des résidents et les possibilités actuelles de compensation. Nous allons dans les semaines qui suivent déterminer un périmètre et les actions à déployer auprès des résidents, des proches, des professionnels en établissements et des partenaires.